Aldatia : Différence entre versions

Ligne 50 : Ligne 50 :
 
Le Patriarche Giovanni VI est nommé chef de la “Notre Sainte Eglise refondée du saint Royaume d’Aldatia” et ainsi jusqu’en 4415 le clergé aldatien fait route à part. Ce n’est qu’à l’élection d’un nouveau Parechann Urbain VI le refondateur le 5 Frisk 4413 et après de longues négociations que le Schisme de l’Ouest prit fin. La majorité des idées du Concile de Romoss de 4782 sont alors mises en pratique. Le clergé d’Aldatia sera aldatien et différentes mesures également. Les élections des bénéfices sont accordées mais sous validation du Parechann. Et les taxes que doivent les clercs à la Parechannie sont transformées en une unique taxe annuelle. Une taxe de 10% sur les revenus des bénéfices. Ainsi bien que restant sous contrôle du Parechann, le clergé aldatien se voit être majoritairement mis sous tutelle des conciles provinciaux et du concile des Cardinaux.  
 
Le Patriarche Giovanni VI est nommé chef de la “Notre Sainte Eglise refondée du saint Royaume d’Aldatia” et ainsi jusqu’en 4415 le clergé aldatien fait route à part. Ce n’est qu’à l’élection d’un nouveau Parechann Urbain VI le refondateur le 5 Frisk 4413 et après de longues négociations que le Schisme de l’Ouest prit fin. La majorité des idées du Concile de Romoss de 4782 sont alors mises en pratique. Le clergé d’Aldatia sera aldatien et différentes mesures également. Les élections des bénéfices sont accordées mais sous validation du Parechann. Et les taxes que doivent les clercs à la Parechannie sont transformées en une unique taxe annuelle. Une taxe de 10% sur les revenus des bénéfices. Ainsi bien que restant sous contrôle du Parechann, le clergé aldatien se voit être majoritairement mis sous tutelle des conciles provinciaux et du concile des Cardinaux.  
 
Par la suite le clergé aldatien obtient la rigueur et la foi que l'on connaît aujourd’hui, bien devant celui de Tannuviel.  
 
Par la suite le clergé aldatien obtient la rigueur et la foi que l'on connaît aujourd’hui, bien devant celui de Tannuviel.  
 +
 +
=Relations avec les autres nations.=
 +
 +
===Tannuviel :===
 +
Tannuviel est le plus proche allié d’Aldatia. Les échanges entre les deux nations sont dans de très nombreux domaines ( commerce, scientifique, éducatif, militaire…). Même si Aldatia reste et tient énormément son indépendance vis à vis de Tannuviel, créant parfois des contentieux entre les deux nations. Les Aldatiens sont souvent ouverts aux Tannuveliens, mais peuvent très vite se braquer, voire être hostiles quand ceux-ci remettent en cause leur foi, culture, indépendance…
 +
 +
===Myrilis :===
 +
l’Ancienne ennemi devenu une nation sœur. Myrilis a durant très longtemps était l’ennemi héréditaire d’Aldatia mais depuis que les deux nations ont vu leurs forces s’équilibrer et l’émouna s’imposer, une solide amitié est née. Aujourd’hui les deux nations entretiennent de très bons rapports dans de multiples domaines, et les échanges commerciaux terrestres et maritimes sont d’une très grande importance. Les mariages entre les familles nobles des deux royaumes sont monnaies courantes. Et elles font toujours face ensemble quand leur alliée Tannuviel cherche à leur imposer ses vues dans différentes affaires.
 +
Les aldatiens apprécient particulièrement les populations de Myrilis.
 +
 +
===Treffissial :===
 +
Nation ami, Treffissial est principalement lié à Aldatia dans le commerce, les deux pays à la fois concurrentes au niveau maritime et du commerce, mais complémentaires dans les échanges de ressources. Les relations diplomatiques sont cordiales. Différents accords sont en vigueur entre les deux pays.
 +
Les Aldatiens considèrent les habitants de Treffissial comme un peuple ami.
 +
 +
===Nédour :===
 +
Nédour est une nation de l’autre côté des chaînes de montagnes et est donc difficile d’accès malgré une frontière commune. Les deux nations entretiennent des rapports cordiaux et peu d’échanges commerciaux, ceux-ci étant surtout entre provinces voisines.
 +
Les aldatiens ont un opinion assez neutre sur les Nédouriens, avec des variances selon les classes, localités…
 +
 +
===Nifadà :===
 +
Les deux nations ne sont pas en opposition, mais entretiennent plus un rapport de neutralité amicale. Les échanges sont principalement commerciaux entre les deux nations.
 +
L’opinion aldatienne sur Nifadà est assez neutre et très souvent stéréotypée. Les aldatiens jugent surtout la piété des Nifadiens, jugeant que celle-ci laisse à désirer.
 +
 +
===Birolia :===
 +
Nation lointaine avec laquelle Aldatia a peu d’échanges. Les principaux échanges entre les deux nations sont quelques échanges commerciaux indirects entre les deux nations. Mais aussi des ecclésiastiques aldatiens allant prêcher la foi en terre Birolienne pour contrebalancer les influences de la branche Maynekh de l’émouna dans le sud du royaume. Très nombreux sont les aldatiens juge que la population pauvre de Birolia peut se voir détourner de la vraie foi.
 +
 +
===Ligômyst :===
 +
Cette nation est très lointaine d’Aldatia et échanges très très peu d’échanges, qui sont alors très majoritairement commerciaux. Les deux nations entretiennent officiellement une “entente cordiale” mais sans que cela aille plus loin.
 +
Les aldatiens voient les habitants de Ligômyst un peu comme des sauvages émounes mais qu’il faut tout de même guider bien plus encore qu’actuellement.
 +
 +
===Pésroq :===
 +
Tout comme Ligômyst, c’est une nation très lointaine pour les aldatiens, avec qui Aldatia a peu d’échanges. La paix règne entre les deux nations, mais elles ont un rapport de neutralité l’une avec l’autre.
 +
 +
===Elquien :===
 +
Aldatia est normalement une nation qui, dans sa politique extérieure, cherche toujours la bonne entente avec les autres peuples, dans la paix de Dieu. Elquien de par son orientation religieuse échappe complètement à cette politique. Le fait que le courant Maynekh est détaché de la Parechannie et ne suivent pas la voie du représentant de Dieu sur Terre, les Aldatiens sont pour beaucoup très hostiles à cette nation. Même s'il est arrivé dans son histoire qu’Aldatia elle-même se détache provisoirement de la Paréchannie.
 +
Ce courant est considéré par Aldatia comme un courant hérétique, suivant la même foi, mais d’une façon allant contre le Seigneur lui-même. Ils brisent des tabous qui insurgent les aldatiens. Si une nation subit l’hostilité aldatienne, c’est bien celle-ci. Cependant officiellement, les deux nations entretiennent des rapports neutres et commerciaux principalement maritimes. Cependant Aldatia limite énormément l’accès à son territoire aux habitants du Sultanat.
  
  

Version du 12 novembre 2021 à 14:21

Sommaire

Saint Royaume d’Aldatia

Devise

"Possa Paredor Benedire Aldatia : Puisse Parédor bénir Aldatia"

Hymne

"Inno alla Gioia : Ode à Aldatia"


Carte

Histoire

Aldatia… ce royaume très proche de Tannuviel lui ressemble en de nombreux points, celui-ci ayant une grande influence sur les terres aldatiennes. Sa culture, est extrêmement proche de celle de Tannuviel. Mais pour comprendre l’histoire qui lie ces deux nations, il nous faut remonter dans le temps. Nos premiers écrits provenant des terres aldatiennes remontent à 559, à cette époque, comme pour de nombreuses terres, Aldatia est peuplée de petits royaumes barbares, de nombreuses tribus qui passent leur temps à guerroyer… ensuite les écrits se taisent durant plus de 1000 ans… Ainsi vers l’an de grâce 1600/1700 nous savons que de premières entités régionales émounes sont formées depuis bien longtemps. Les principaux lieux où la sainte foi est établie sont dans les grandes villes comme Romoss, Carentolia ou Sparticas, sur la côte, mais plus loin dans les terres ou dans la campagne, le saint culte n’est encore très répandu. Politiquement nous savons que les peuples qui habitent dans l’actuelle Aldatia sont plus ou moins unis sous un même roi, bien que celui-ci n’a de réel pouvoir que sur ses terres personnelles. À partir de l’an de grâce 2500, notre Aldatia commence à ressembler à ce que nous connaissons actuellement. La naissance d’Aldatia comme royaume est une date connue de tous ses habitants. Le 12 Frisk de l’an de grâce 2589, ou le roi Tempo Heliastrissia XIII, reçu hommage lors de son sacre de l’ensemble des princes du royaume. Pour l’ensemble des aldatiens, il s’agit de la date réelle de naissance de leur royaume. Nous savons qu’au cours des siècles suivants Aldatia se rapprochent énormément du royaume Saint de Tannuviel, qui eut une politique agressive d’émounisation et que petit à petit, Aldatia abandonne son passé guerrier et ses armées afin de se placer sous la protection du saint royaume et se concentrer ainsi sur la spiritualité émoune. Plusieurs guerres ont touchées Aldatia durant la fin du 4ème Millénaire, sur fond d’opposition entre Tannuviel et Myriliss, de ce fait les régions autour de Toromyr furent durant longtemps attaquées, les attaques commencèrent à diminuer, quand le Marquis de Toromyr, Altiero Spinelli XII, réussi à repousser, aidé de Tannuviel, loin des terres aldatiennes les armées de Myrilis, Et au fil des siècles, l’influence grandissante de Tannuviel sur Aldatia rendit la culture des deux pays quasiment identique. Même si les aldatiens gardent une forte identité régionale/locale, les élites cultivées des grands villes ont toujours gardées un attachement fort à leur identité Aldatienne.

Évènemants marquants

Le Schisme de l’Ouest (4378-4415)

Il est un état de faits que depuis des millénaires Aldatia et Tannuviel sont des très proches alliés politiquement et religieusement. Au-delà d’une simple alliance entre deux royaumes. Ces deux contrées sont les plus proches de tout Andellar. Mais notre cher Aldatia en garde sa volonté propre et sa volonté de toujours être la plus fidèle et la plus proche de Parédor. Et que son bon gouvernement soit assuré par elle-même.

Dans les années 4370, les écrivains aldatiens des courants réformateur et républicains voient le clergé de leur nation comme un clergé corrompu, relâche, oisif, ayant l'appât du gain… et beaucoup tiennent en responsable la Curie du Parechann. C’est lui qui est maître des bénéfices majeurs ( évêques, archevêques, abbés…). A la mort d’un bénéficiaire il décide de qui prend sa place. Le Parechann et ses prédécesseurs ont très souvent nommé des individus proches de leurs entourages qui ne se rendent jamais dans leur circonscription et restent à Tannuviel, se contentant de récolter les bénéfices de la charge et de laisser la gestion aux “curies” locales. De part ce manque de gouvernement, le temps de formation des bénéfices mineurs ( prêtres, moines, curés…) est très réduit et les formations sont très souvent incomplètes, ou baclés. A cela s’ajoute un relâchement, une mauvaise lecture ou interprétation des écrits auprès des fidèles. Un monnayage des sacrements… Les fidèles de tous bords voient bien qu’il y a des problèmes, cela peut se voir tous les jours, dans les paroisses. Des mariages effectués contre rémunération, des lectures hésitantes des livres saints, des champs sans réel sens. Dans les villes, où l'on voit l’absence ou le comportement pêcheur des archevêques, évêques… pour beaucoup n’étant pas aldatiens. La population commence à ressentir un fort sentiment de rejet à l’égard de ces individus et de la Curie du Parechann qu’ils jugent responsable de ce mauvais gouvernement de la foi. Une part croissante de clercs appellent à des réformes profondes pour rendre sa pureté au clergé aldatien.


En 4378 un nouveau Patriarche est nommé, Giovanni VI. Celui-ci à une forte volonté de réforme et de revenir à un clergé plus juste. Cela passant par un meilleur contrôle de l’Eglise sur la société, une meilleure formation des prêtres, et une bien plus forte autonomie du clergé aldatien vis-à-vis de la Parechannie. Dans le contexte d’effervescence intellectuelle où se trouve Aldatia, ça venu est vu comme salutaire par les clercs et le peuple. Le 9 Mist 4379 est organisé un Concile Général à Romoss. Celui-ci va être largement dominé par les réformateurs et va entraîner une série de lois canoniques qui peuvent se résumer en : -Un meilleur contrôle du travail quotidien du clergé séculier au sein des paroisses. -Une meilleure formation du personnel de l’Eglise pour l’accompagnement des fidèles. -L’élection par les clercs locaux et le peuple des archevêques et évêques des cités avec obligation pour eux d’être au minimum une année sur deux dans leur circonscription. Que les cardinaux soient choisis par le Patriarche, validé par le Parechann. Avec des contrôles moraux, des mœurs et de leur qualité de travail par le conseil des Cardinaux. -Que le clergé aldatien, soit à toutes les strates de sa composition tenus par des sujets du royaume.

Le Parechann a immédiatement dissous le Concile de Romoss après la publication de cette charte conciliaire. Le concile est alors dissous et le Patriarche révoqué avec nombres d’évêques, archevêques, abbés, Cardinaux… Les autorités laïcs aldatiennes vont alors vite s’en mêler, voyant aussi leur carte à jouer. Le roi a officiellement apporté son soutien à un "gouvernement plus juste de notre Sainte Eglise Aldatienne". Le Concile Général se réunit alors à nouveau à Romoss en 4782 et excédé par le comporte que de très nombreux clercs juges impît et avide de la part d’un Parechann en recherche unique de profit et ayant pour seul intérêt le sien et non celui de toute la création. Le COncile de Romoss de 4782 provoque la scission du clergé aldatien, ne reconnaissant plus l’autorité du Parechann. Celui-ci sera suivi par les Clergés de Myrilis et de Trefissial. Le Patriarche Giovanni VI est nommé chef de la “Notre Sainte Eglise refondée du saint Royaume d’Aldatia” et ainsi jusqu’en 4415 le clergé aldatien fait route à part. Ce n’est qu’à l’élection d’un nouveau Parechann Urbain VI le refondateur le 5 Frisk 4413 et après de longues négociations que le Schisme de l’Ouest prit fin. La majorité des idées du Concile de Romoss de 4782 sont alors mises en pratique. Le clergé d’Aldatia sera aldatien et différentes mesures également. Les élections des bénéfices sont accordées mais sous validation du Parechann. Et les taxes que doivent les clercs à la Parechannie sont transformées en une unique taxe annuelle. Une taxe de 10% sur les revenus des bénéfices. Ainsi bien que restant sous contrôle du Parechann, le clergé aldatien se voit être majoritairement mis sous tutelle des conciles provinciaux et du concile des Cardinaux. Par la suite le clergé aldatien obtient la rigueur et la foi que l'on connaît aujourd’hui, bien devant celui de Tannuviel.

Relations avec les autres nations.

Tannuviel :

Tannuviel est le plus proche allié d’Aldatia. Les échanges entre les deux nations sont dans de très nombreux domaines ( commerce, scientifique, éducatif, militaire…). Même si Aldatia reste et tient énormément son indépendance vis à vis de Tannuviel, créant parfois des contentieux entre les deux nations. Les Aldatiens sont souvent ouverts aux Tannuveliens, mais peuvent très vite se braquer, voire être hostiles quand ceux-ci remettent en cause leur foi, culture, indépendance…

Myrilis :

l’Ancienne ennemi devenu une nation sœur. Myrilis a durant très longtemps était l’ennemi héréditaire d’Aldatia mais depuis que les deux nations ont vu leurs forces s’équilibrer et l’émouna s’imposer, une solide amitié est née. Aujourd’hui les deux nations entretiennent de très bons rapports dans de multiples domaines, et les échanges commerciaux terrestres et maritimes sont d’une très grande importance. Les mariages entre les familles nobles des deux royaumes sont monnaies courantes. Et elles font toujours face ensemble quand leur alliée Tannuviel cherche à leur imposer ses vues dans différentes affaires. Les aldatiens apprécient particulièrement les populations de Myrilis.

Treffissial :

Nation ami, Treffissial est principalement lié à Aldatia dans le commerce, les deux pays à la fois concurrentes au niveau maritime et du commerce, mais complémentaires dans les échanges de ressources. Les relations diplomatiques sont cordiales. Différents accords sont en vigueur entre les deux pays. Les Aldatiens considèrent les habitants de Treffissial comme un peuple ami.

Nédour :

Nédour est une nation de l’autre côté des chaînes de montagnes et est donc difficile d’accès malgré une frontière commune. Les deux nations entretiennent des rapports cordiaux et peu d’échanges commerciaux, ceux-ci étant surtout entre provinces voisines. Les aldatiens ont un opinion assez neutre sur les Nédouriens, avec des variances selon les classes, localités…

Nifadà :

Les deux nations ne sont pas en opposition, mais entretiennent plus un rapport de neutralité amicale. Les échanges sont principalement commerciaux entre les deux nations. L’opinion aldatienne sur Nifadà est assez neutre et très souvent stéréotypée. Les aldatiens jugent surtout la piété des Nifadiens, jugeant que celle-ci laisse à désirer.

Birolia :

Nation lointaine avec laquelle Aldatia a peu d’échanges. Les principaux échanges entre les deux nations sont quelques échanges commerciaux indirects entre les deux nations. Mais aussi des ecclésiastiques aldatiens allant prêcher la foi en terre Birolienne pour contrebalancer les influences de la branche Maynekh de l’émouna dans le sud du royaume. Très nombreux sont les aldatiens juge que la population pauvre de Birolia peut se voir détourner de la vraie foi.

Ligômyst :

Cette nation est très lointaine d’Aldatia et échanges très très peu d’échanges, qui sont alors très majoritairement commerciaux. Les deux nations entretiennent officiellement une “entente cordiale” mais sans que cela aille plus loin. Les aldatiens voient les habitants de Ligômyst un peu comme des sauvages émounes mais qu’il faut tout de même guider bien plus encore qu’actuellement.

Pésroq :

Tout comme Ligômyst, c’est une nation très lointaine pour les aldatiens, avec qui Aldatia a peu d’échanges. La paix règne entre les deux nations, mais elles ont un rapport de neutralité l’une avec l’autre.

Elquien :

Aldatia est normalement une nation qui, dans sa politique extérieure, cherche toujours la bonne entente avec les autres peuples, dans la paix de Dieu. Elquien de par son orientation religieuse échappe complètement à cette politique. Le fait que le courant Maynekh est détaché de la Parechannie et ne suivent pas la voie du représentant de Dieu sur Terre, les Aldatiens sont pour beaucoup très hostiles à cette nation. Même s'il est arrivé dans son histoire qu’Aldatia elle-même se détache provisoirement de la Paréchannie. Ce courant est considéré par Aldatia comme un courant hérétique, suivant la même foi, mais d’une façon allant contre le Seigneur lui-même. Ils brisent des tabous qui insurgent les aldatiens. Si une nation subit l’hostilité aldatienne, c’est bien celle-ci. Cependant officiellement, les deux nations entretiennent des rapports neutres et commerciaux principalement maritimes. Cependant Aldatia limite énormément l’accès à son territoire aux habitants du Sultanat.


Culture

Comme à Tannuviel la vie est rythmée par la religion, mais cela est encore plus le cas pour les aldatiens, qui respectent à la lettre le calendrier religieux, les coutumes, dogmes, moeurs… de l’émouna. Ne pas respecter certains préceptes émounes à Aldatia est extrêmement mal vu et peut se voir même être lourdement condamné selon les provinces.

La société de Aldatia est comparable à la société médiévale européenne du Xème siècle, mais avec de nombreux éléments pouvant aller jusqu’au XVIème siècle. Aldatia de part sa relation privilégié avec la parechannie est considérée par l’ensemble de la communauté émounes comme “La Soeur Aîné de l'emouna”.

La culture de Aldatia est fortement influencée par la religion Emoune. Il est de fait inconcevable pour un Aldatien d’avoir un comportement contraire aux préceptes de sa religion, pouvant être dans de nombreux cas condamnable. Les croyants se rendent régulièrement à l’église pour prier, aller aux messes ou se confesser. La religion dicte la vie quotidienne des habitants. Chaque habitant respecte la hiérarchie du royaume, celle-ci ayant été dictée par l’Eglise. Ils font preuve d’une grande politesse, se vouvoyant même entre amis, les insultes inexistantes car jugées barbares, et les règles de bienséances sont respectées à l’extrême. Il est jugé illégal de remettre la hiérarchie féodo-vassalique en cause, la politique du royaume s’en retrouve alors d’une divine stabilité. Les conflits d'intérêts sont proscrits et si cela arrive, ils sont réglés par les instances religieuses. Cela ne concerne que la bourgeoisie ou le basse-noblesse. Les conflits d’intérêts sont jugés comme des actes non-dignes d’un noble et étant acte d’un roturier, les nobles peuvent perdre leur titre s’ils en provoquent. Les Aldatiens sont extrêmement fier de leur nation, et jugent insultant de se voir être dit d’être vassaux des nobles tannuvelliens. Ou que l’on efface leur passé, même avant l’arrivé de l'emouna.

Les habitants sont vêtus de façon à dissimuler le plus le corps, mis à part la tête. La sexualité n’est jamais évoquée en public et très rarement en privé, n’étant liée qu’au mariage et à la reproduction. La chasteté est de mise. L’homosexualité est complètement interdite au sein du Royaume, les “coupables” étant considérés comme possédés par le malin, y sont exorcisés. L’argent est lui aussi très tabou. Celui-ci ne doit servir que pour les besoins essentiels, il est donc mal vu d’abuser de biens futiles et les Aldatiens, qu’ils soient nobles ou pauvres s’habillent simplement. L’argent ne doit être gagné qu’à la force du travail et ce qui n’est pas dépensé, doit être en partie donné à l’Eglise après la messe. Il est très mal vu de se vanter de sa richesse. La charité est monnaie courante. Les loisirs sont nombreux à Aldatia. Un des nombreux jeux populaires est le jeu de Paume ( ancêtre du Tennis ), ou encore la soule ( provenant de Tannuviel ). Concernant la noblesse les principaux sports sont la chasse et l’échec. La violence nobiliaire s’exerce via la joute, qui n’est cependant pas encouragé par le clergé Aldatien, mais celui-ci lui trouve l’utilité de canaliser la violence nobiliaire et permet de régler les conflits entre aristocrates de manière plus ou moins pacifique. Intellectuellement de nombreux jeux proviennent de Tannuviel, comme les échecs, les bourgeois aldatiens se retrouve souvent en petit comité dans leurs résidences afin de discuter de la politique du royaume, de la religion… Bien que qu’ils soient limités par le clergé car lieu de “débauche intellectuelle”. Les jeux d’argent ou de hasard sont formellement proscrit à l’ensemble des classes de la société. Les aldatiens sont très peu consommateur d’alcool, à l’exception de deux. Le vin et le cidre, celui-ci est jugé (selon les Aldatiens ) comme le meilleur vin et meilleur cidre du monde entier et s’exportent à travers toutes les contrées. Aldatia est également connu pour ses fromages de montagne, principalement produit dans les montagnes. Un plat typique Aldatien se prénommant “pâtes” provient de la région historique du Venetia-Giulia. Les saucisses de Toromyr le sont tout autant… Aldatia est une nation où la gastronomie est extrêmement importante.

La peine de mort

Aldatia est une nation ayant un rapport ambigu avec la peine de mort, celle-ci tient en une phrase “Ne tue que si tu ne peux autrement”. Beaucoup de provinces l’ont limité aux crimes de lèse-majesté ou pires crimes contre la religion. Par ailleurs, on lui préfère la détention à vie. Et le pardon pour ceux qui y sont jugés compatibles.

Chants populaires

L’Ode à la joie, Vive Henri IV, Ameno, J’irais revoir ma Normandia… sont des musiques populaires à Aldatia.

Cuisine

Entrées :

-Tomates à l’herbe Normande :

Salade existante depuis les années 3550. Elle s’est rapidement diffusée au sein du duché de Normandia. Ne demandant pas un coût très élevé elle est appréciée par toutes les classes sociales et sa composition est faite de salade, tomates, thon et herbes Normandes.

-Salade Romane :

Mélange de pommes de terres, raisins, tomates, fromage de chèvre le tout recouvert d’une bonne dose d’huile d’olive. Cette salade qui existe depuis les années 4210 est très appréciée par les élites du domaine Royal et s’est diffusée dans beaucoup d’autres grandes villes du royaume.

-Oeufs à la mode de Spartacis :

Ce sont des œufs durs recouverts d’un léger filet d’huile. De par sa fabrication très simple, ce met est très apprécié par tous et son existence remonte à des temps lointains.


Plats :

-Granseola alla Veneziana :

Ce plat qui est une préparation typique des côtes du duché de Venezia Giulia de part ses abondantes ressources en crabe est très en vogue parmi les familles de pêcheurs. Ne demandant pas une grande préparation, du crabe, quelques herbes et un peu d’épices ( sel, poivres…). Il existe depuis les années 3550.

-Panzanella :

Salade composée de tomates, viandes cuites et refroidies, tomates, salade, riz et de pain. Elle est connue à travers tout le royaume et particulièrement apprécié par les classes artisanales pour la rapidité de préparation et son apport nutritionnel, même si cette salade est appréciée tout aussi bien par les élites aristocratiques. Elle existe depuis les années 2440 et a été inventé en Normandia

-Pizza ( Regina, Marguarita, Calzone…) :

C’est le plat typique Aldatien, chaque région, ville, comté… à sa façon de faire une pizza. Elle est accessible pour tous et constitue un des repas phares de la gastronomie aldatienne. Si bien que certaines familles nobles l’ont inscrites sur leurs blasons. Sa composition varie selon les productions locales, la classe...

-Polenta de Julia :

La Polenta est un plat typique des montagnes de l’est du royaume. Très facile à préparer et ne demandant pour éléments de préparation que des patates, de la farine et quelques œufs, elle est très présente chez les mineurs de Toromyr et dans les classes pauvres de ces régions-là. Nous connaissons son existence depuis les années 1240

-Ravioli de Florence :

Les raviolis sont de la viande hachée recouvert d’une pâte de blé et baignant dans de la sauce tomate. Cette préparation est principalement connue dans le comté de Spartacas. Inventé par Florence de Delcroix dans les années 4410’s. Cette préparation demandant un certain savoir-faire est un plat bourgeois et aristocratique.

-Bifteck à la Toromio :

Le bifteck de Toromio est connu internationalement pour la qualité de sa viande et de sa préparation. La recette est gardée secrète par les cuisines du Marquis et ce plat exquis n’est servi qu’à la table du Marquis. Sont existence remonte aux années 4220


Desserts :

-Pandoro : Le Pandoro est un gâteau normand. C’est un haut gâteau avec une pâte dur à l’extérieur et un intérieur moelleux et doux. Composé de farine, beurre, sel, oeufs, sucre… c’est un gâteau qui n’est pas aisé à préparer. Il est principalement consommé par les élites marchandes et aristocratiques, qui seuls peuvent se fournir des éléments d’importation. Il arrive lors du nouvel an que des familles aisées offrent ainsi des parts de ces gâteaux aux populations. Son existence remonte aux années 3970.

-Tiramisu :

Un dessert d’une préparation très complexe, seuls quelques maîtres pâtissiers de la cour du roi ou de grands princes peuvent le préparer. C’est le dessert par excellence de l’élite. La composition du Tiramisu demande des éléments qui ne sont pas produits à Aldatia. Et il n’est possible que de part la puissance commerciale qu’est le royaume.

-Panettone :

Le Panettone est une variation du Pandoro mais avec dans la pâte des raisins secs. Moins populaire que l'original, il en reste très apprécié. Il a été inventé dans le Comté de Sologosti vers 4120.

-Cannoli :

Le Cannoli est une pâte de farine mélangée avec un ingrédient sucré. Il est très facile à produire et constitue le dessert des classes populaires par excellence. Son invention est multiple à et plusieurs périodes. Il en existe des variantes selon les régions qui lui rajoute des ingrédients.

-Canetto :

Le Canetto est un dessert qui se retrouve principalement dans le Nord-ouest du royaume et un peu en Normandie et Salogosti. Il consiste en une tranche de pain recouvert de confiture, la confiture variant selon les régions ( fruits rouges, pommes, raisins…) sa préparation facile et son apport nutritif en fait un dessert commun à Aldatia et pour autant malgré sa simplicité apprécier de tous et surtout par les clercs.

-Gelato :

Le gelato est une crème de lait refroidie et mélangée avec différents parfums. Bien que sa préparation soit assez complexe, ce dessert s’est vite répandu dans tout le royaume et est apprécié par tous. Il est très présent lors des fêtes religieuses, marchés… Sa préparation va d’une simple crème de lait au sucre, à des choses bien plus raffinées avec de la vanille, du café…

Boissons :

-Lambrusco ( vin ) :

Le Lambrusco est un nom générique pour désigner les vins qui existent à Aldatia. Chaque région à son vin, et comme la pizza il s’agit de la boisson par excellence pour ceux-ci.

-Cidre de Fépachié :

Le Cidre Fépachié est une boisson alcoolisée à base de pomme, mais elle se distingue de bien nombres autres boissons pour son côté bulleux. C’est une boisson assez bon marché pour sa base, bien que pas accessible à tous et il se laisse fort apprécié d’en boire. Il peut s’inviter aussi selon les régions aux baptêmes, mariages…

-Grappa :

La Grappa est une eau de vie de marc de raisin qui trouve des petites productions à travers tout le royaume. Inventée dans les années 4320's, elle est principalement connue chez les élites ecclésiastiques du sud-est du royaume. -Jus de raisin : le jus de raisin est une boisson populaire et très bon marché ne demandant pas une préparation sophistiquée.

Toponymes

Ce sont les toponymes les plus répandus au sein de la population aldatienne, mais cette liste n'est pas exhaustive.

Noms de familles:

Gonano, Castilla, Anzil, Beccaria, Moranduzzo, Morell, Ferrari, Moretti, Di Matteo, Del Ponte

Prénoms féminins:

Nadia, Franca, Giulia, Francesca, Alessia, Aurora, Catherina, Donatella, Marina, Maria.

Prénoms masculins:

Bruno, Giuseppe, Arno, Matteo, Flavio, Leonardo, Cristiano, Riccardo, Francesco, Nino.

Passage à l'âge adulte

Le passage à l’âge adulte en terre aldatienne est fixé à 18 ans par décret royal. Il s’effectue différemment selon le statut social de la personne, la région. Mais il existe plusieurs passages obligés pour tous les jeunes. Il doit avoir premièrement effectué “un service de bien commun” durant sa 7ème année. Ce service peut être très varié selon qui est la personne. Le jeune doit effectuer un pèlerinage de son choix pour une durée minimale de 1 mois. A la fin de ce mois, il revient chez lui et là s’effectue la dernière étape. Le passage à l’âge adulte voit un serment. La personne concernée se doit de jurer fidélité à Parédor, au roi et au Royaume et de toujours suivre les enseignements émounes et de les transmettre à ses enfants.

Paysage

Aldatia est une nation qui va des espaces maritimes aux grandes montagnes de la chaîne Qeemysso. Qui sépare en majorité Aldatia et Tannuviel. Son plus haut sommet est établis à une hauteur de 3443m, il s’agit du Mont Litzia.

Au centre du pays nous avons les terres fertiles, celles-ci sont parsemés de fleuves, rivières, canaux… ce qui permet une forte communication dans l’ensemble du pays. La nation compte 3 fleuves majeurs. Le fleuve Otheria, est le plus grand, allant des montagnes de la chaîne Qeemysso à l’Océan Téhomaofel, il passe par Sologosti et se jette dans la mer à Carentolia. Le deuxième est le fleuve Isaos, il traverse en serpent le Venetia-Giulia et se jette à Sparticas dans l’océan. Le troisième est le fleuve Egnas, ce dernier part des terres de Toromio et avant de se jeter dans la mer passe par Rosmoss. Ces trois fleuves représentent les principales dorsales du réseau fluviale aldatien. Leurs embranchements, reliant le reste du pays à ces derniers.

Au nord du pays, dans le vaste duché du Venetia Giulia, nous avons les plaines fertiles de Heitéeia. Le domaine royal et le nord-ouest du marquis de Toromio, sont eux composés de marais, les marais du Côtantino. Tout le sud du pays lui, Duché de Normandia, Comté de Salogosti eux sont composés, comme pour le Vetenia-Giulia de vastes pleines, on peut y trouver de grandes forêts, bois…

Faune

La Faune aldatienne est composée de très nombreuses formes de vie. Au nord du royaume, dans les grandes plaines du Duché de Venezia-Giulia on y retrouve de grands animaux et des plus petits, notamment des rongeurs ou beaucoup de lapins qui chassent les populations locales. Les marais abritent de très nombreuses espèces aquatiques, comme les grenouilles, les serpents… Les régions boisées voient elles une faune très importante de cerfs, sangliers, ours… chassés par les nobles locaux. La côte est quant à elle très poissonneuse.

Religion

La religion d’Aldatia est bien entendu l’Emouna. Le royaume possède la population la plus religieuse du continent et elle est au coeur de la vie quotidienne des Aldatiens. Il existe différents courants au sein du royaume plus ou moins tolérés ou acceptés.

Le Républicanisme :

Courant politico-religieux, né aux alentours de 4100, dont le fondateur est Giuseppe Alberte Della Reppublica, abbé du monastère royal de St-Denis, se situant près de Romoss. Ce courant est de nos jours très en vogue au sein de certains milieux intellectuels et ecclésiastiques aldatiens, touchant également certaines couches aisées de la population. Il prône pour une indépendance des fidèles vis-à-vis de la hiérarchie écclésiastique et insiste sur le fait que les créatures du seigneur puissent se prêter directement à la lecture du Livre Saint. Il y a également l’encouragement à mener à une vie des plus austères en communauté républicaines, qui sont itinérantes, vivant dans une misère religieuse, se consacrant à l’entraide et à la lecture et à une explication des plus pures aux fidèles des enseignements du Mage de Cristal. Cette lecture parfaite des divins écrits se confronte à de nombreux dogmes de la paréchannie. Pour exemple, n’ayant jamais écrit qu’il fallait condamner l’homosexualité, les yeux verrons ou autres marques physiques dans, les républicains font très peu sensibilité de ces traits-là. Ce courant religieux est parfaitement condamné par Tannuviel. Aldatia, ayant une lecture différente de l’émouna, voulant s’approcher le plus possible de la vérité divine émet une certaines tolérances à l’égard de ces courants, bien que se montrant très prudent avec eux. Il arrive très régulièrement que Tannuviel interviennent directement en territoire aldatien quand une de ces communautés commence à prendre trop d’ampleur.

l’Européanisme:

Courant politico-religieux créé par le Pape Charles Europe IV ( 3927-4013 ), celui-ci visant à l’unification de l’ensemble de l’émouna en une seule et unique nation sous la direction du Parechann. Ce courant est assez peu en vogue à Aldatia. Ceux-ci étant bien trop attachés à leur nation pour fusionner avec les autres, il faut reconnaître qu'elle existe. Il arrive très souvent que des penseurs ou ecclésiastiques aldatiens face des écrits, dessus, et qui sont forcément soutenus par le Paréchann.

Culte en particulier

Le Saint Patron d’Aldatia est Saint Michel, un évêque du XXXVIIème siècle et qui a porté le message de Parédor à travers de très nombreuses contrées. Reconnu pour son dévouement à sa foi, sa vie de misère et ses talents d’orateur. Il est vite devenu un modèle pour de nombreuses communautés croyantes. On le fête chaque année le 12 Frisk.

Economie

Aldatia est une nation tournée vers le commerce, en effet ses ports de Carentolia et Spartacis font partie des plus grands ports au monde. Carentolia est le principal port Aldatien, on y exporte et importe de tout à travers la planète. Elle échange principalement avec Treffissal et Myrilis. L’économie Aldatienne est quelque peu diversifiée. L’agriculture de blé et autres céréales, notamment dans les vastes plaines du Venetia Giulia. On y cultive de tout: chanvre, avoine, sarrasin, blé… Dans les grands bourgs on peut trouver une concentration importante d'artisans, les bijoutiers de Romoss sont parmi les plus prestigieux au monde. Elle possède aussi de fort talents en verrerie, textile, architecture, construction maritime, les bateaux sortant des chantiers d’Aldatia étant les meilleurs au monde… Le sud du pays lui est principalement reconnu pour sa viande bovine de qualité, ses vins, son fromage et ses chevaux. En dehors des grandes villes, le sud vit en majorité grâce à l’agriculture et l’élevage. Dans les montagnes au sud-est du pays nous y trouvons l’élevage de chèvres, l’exploitation de nombreuses mines de fer, d’or… ce qui fait que le Comté de Salogosti est l’un des plus riches du pays. La côte est une zone de pêche et d’exploitation maritime. Comme à Tannuviel, chaque profession est organisée en guilde de métier. Malgré toutes ces visions positives de l’économie Aldatienne celle-ci reste de loin à peine autosuffisante. Nombres de serfs, paysans… vivent dans une extrême pauvreté, principalement au sein des provinces de Venetia-Giulia et de Salogosti. Que ce soit en Venetia-Giulia ou encore au sein du Duché de Normaundie, les paysans travaillant la terre en doivent une très grande quantité aux seigneurs locaux… de ce fait, lors des mauvaises années, leurs conditions de subsistance sont véritablement à la limite du vivable. Au sein des villes portuaires la pauvreté est la plus flagrante. Ayant d’un côté la riche aristocratie et ou bourgeoisie profitant du commerce, de l’exploitation… mais les roturiers de basse-naissance vivent dans des conditions très précaires. Vivant souvent par famille, dans des maisons faites en bois sale, et toit en chaume, les conditions de vie y sont bien pires qu’à la campagne.


Société

CLERGÉ

Patriarche

Il s’agit du représentant du Parechann en terre aldatienne et dirige le clergé aldatien.

Cardinaux

Archevêques choisi par le Concil des évêques de chaque province et validé par le Parechann. Ceux-ci assistent le Patriarche dans la gestion des affaires religieuses du royaume. Ils forment le Concil des cardinaux, très proche du conseil du roi.

Archevêques majeurs:

Dirigeant du conseil des évêques.

Archevêques et évêques:=

Membres du concil des évêques de chaque province. En charge de la gestion des affaires religieuses à l’échelle des provinces, souvent extrêmement proche du conseil officiel de la province de la région.

Clergé courant

Nous avons ensuite les prêtres, curés et diacres qui sont aux côtés des fidèles dans la vie religieuse. Cela forme le clergé séculier, qui vit dans le siècle au côté des fidèles. La clergé régulier, qui lui se concentre sur la prière, la foi, et la vie pieuse selon les écrits du Saint Livre, vivent dans des abbayes en communautés. Dirigés par un abbés qu’ils élisent. Beaucoup suivent l’ordre de Saint Benoît. On les appels bénédictins. Ils sont hors de la hiérarchie religieuse, car vivant à part. Aldatia est une nation comprenant nombre de monastères et abbayes. Elle est l’une des nations avec la plus grande concentration de ceux-ci sur tout Andellar. Ceux-ci sont surtout présents au sein du Duché de Normandia et du domaine royal. Le plus grand d’entre eux est l’Abbaye de Kleenexia, à une cinquantaine de kilomètres de Carentolia, celui-ci se trouve proche d’un bois, fraîchement déboisé, elle est la maison mère d’un réseau de plus de 1 500 bâtiments monastiques à travers l’ensemble du royaume, ce qui en fait de l’abbé de Kleenexia l’un des plus grands abbés de tout Aldatia. Mise à part la vie monastique, les abbayes, monastères, pensions, hôpitaux… sont aussi très essentiel à une grande partie de la population, vivant dans une forte précarité. Nombres de démunis… vivent principalement grâce à celles-ci de part les dons de nourritures, l’aide religieuse et spirituelle qu’elles apportent, les soins prodigués…

ROYAUTÉ ET ARISTOCRATIE

Aldatia est une nation basé sur le régime féodo-vassalique, comparable au régime que l’on retrouve en France au X/XIème siècle.

Le roi/reine

Décidé par primogéniture légitime de l’ancien roi, il est suzerain du royaume et n’a donc personne au dessus de lui, au sein de celui-ci.

Les princes

Principaux aristocrates du royaume, ils sont à la tête des duchés, et des principaux marquis et comtés. Ils sont vassaux du roi et forme le conseil du roi, ce conseil a pour mission d’aider le roi à gérer le royaume en le conseillant dans les différents domaines, chaque prince ayant plus ou moins une spécialisation. On y retrouve le Chancelier, en charge des affaires religieuses, et représentant du roi auprès du conseil des cardinaux. Il est la personne la plus importante du royaume après ce dernier. Nous y trouvons aussi le chandelier, en garde du trésor royal et des biens royaux. L’Ambassadeur, en charge d’assister le roi dans les relations étrangères. Le Primatesriaux, en charge de l’économie, des finances du royaume, de la gestion de la police du domaine royal… sorte d’hyper ministre de l’intérieur…

La noblesse courante de robe ou d’épée.

Souvent vassaux des princes ou vassaux direct du roi au sein du domaine royal. Ils sont en charges des ministérials, des seigneuries, des prévôtés et baillies… les plus importants sont nommés par le nom d’officiers et sont membres du conseil officiel de chaque province, qui a le même rôle que le conseil du roi, mais à l’échelle des provinces.

ROTURIERS

Nous avons la troisième et dernière classe de la société d’ordre du royaume, les autres, les roturiers, les non-aristocrates…

Haute-bourgeoisie et bourgeoisie

Habitant souvent dans les bourgs du royaume, elle est l’actrice principale de la vie financière et économique du royaume. On y retrouve de nombreux grands artisans, riches paysans… il arrive très souvent que la noblesse locale s’appuie sur cette élite bourgeoise pour s’affaire de l’administration des villes, communes, seigneuries… via les ministérials seigneuriaux, et à toutes les échelles. Celle-ci, selon son niveau de richesse cherche à imiter le modèle aristocratique et pour les plus méritants y accèdent en de rares occasions. Elle est aussi la principale classe roturière d’où sont originaire les hommes d’églises.

Paysans libres et citoyens des villes

C’est ce qu’on peut appeler la “classe moyenne”, même si ses membres peuvent être de très pauvres paysans des campagnes à des citoyens ayant, non sans prétendre à la bourgeoisie, vie aisée dans les villes. Mais ce qui les rassembles est leur statut d’êtres “libres”, ceux-ci ne sont rattachés à leur seigneur et peuvent aisément changer (selon les cas ) de seigneurerie, ville, sans demander autorisation. Se marier sans avoir à payer taxe, ne sont pas soumis à certaines corvées, peuvent léguer sans payer taxe… Ils sont moins soumis à leur seigneur que la classe du dessous.

Serfs

Eux sont sous une domination plus étroite de leur seigneur. Ils sont soumis à plus de taxes/corvées et sont dépendant de ce dernier. Ils doivent payer des taxes comme la mainmorte ( taxe sur la transmission ), de formariage ( pour se marier ) et doivent demander autorisation pour épouser une non-serf ou serf d’une autre seigneurie, qui doit aussi demander accord à son seigneur… Mais encore une fois, certains serfs ont une très bonne condition et sont au service de leur seigneur, comme ministérial.

Vilains

Souvent paysans/roturiers pauvres de contrées étrangères ayant immigrés en terre aldatienne. Ceux-ci sont soumis au seigneur de leur localité, sans en être serfs. Mais leurs sanctions sont plus lourdes que ceux étant inscrit dans le “registre royal de recensement des sujets de sa majesté” ( les aldatiens l’étant reconnus par la royauté ).

Pêcheurs

Tous ceux ayant d’une manière ou d’une autre manqué à la religion. Elle concerne l’ensemble des ordres de la société ( même si variation selon le rang ). En faire partie est signe de mort sociale et économique à Aldatia. Souvent enfermés dans les prisons royales ou seigneuriales pour les pires cas. Ils sont rassemblés au sein de quartiers spéciaux et sont dans l’obligation d’avoir une vie religieuse des plus strictes, tout manquement est sévèrement puni.

Armée

Le royaume d’Aldatia n’est pas reconnu pour son armée. Celle-ci est en effet plutôt faible au vu de la protection de Tannuviel. Cependant Aldatia possède tout de même une armée. Celle-ci s’organise de façon permanente. Il s’agit de 15 compagnies dirigées par un capitaine nommé par le roi. Le capitaine organise sa compagnie avec une composition de 1000 hommeschacun. Composé de 200 chevaliers avec leur écuyer, d’un soldat d’infanterie armée d’une armure légère, d’une épée et d’un bouclier et de deux archers avec leur valet. A cela il faut ajouter les garnisons et milices des différentes cités.

Santé

La Santé est quelque chose auquel les aldatiens sont très attaché, et particulièrement à l’hygiène. Il existe dans de très nombreuses villes des bains publics pour les plus pauvres, même si beaucoup peuvent se permettre d’avoir un bain chez eux. La santé est considérée comme un devoir commun à tous. Bien qu’il existe des bains, les plus pauvres peuvent se laver avec des bassines chez eux. Surtout au sein des églises, lors des fêtes religieuses tous doivent être propres, porter des vêtements propres. Les malades sont très surveillés par les autorités. Il existe des hôpitaux géré très souvent par le Seigneur ( en campagne) réunissant ⅞ paroisses et en ville ils sont gérés par les municipalités. Ces hôpitaux sont souvent gérés par des ecclésiastiques qui s'appliquent à soigner et guider dans la foi les malades pour qu’ils puissent guérir. Les léproseries sont sur le même principe, mais ont pour objet d’éloigner à vie les malades infectés par la lèpre, de la société pour éviter qu’elle se répandent trop. Les malades de la lèpre sont très souvent vus comme des pécheurs du péché de chair et donc sont punis par le Seigneur.

Cependant à l’inverse l’hygiène est extrêmement dégradée dans certains milieux ou endroits, notamment dans les villes. Malgré les efforts des municipalités très souvent certains quartiers (notamment artisans avec les bouchers) sont très impropres et sont donc mal fréquentés ( prostitués, brigands…) ce qui a tendance à empirer l’hygiène de ces endroits.

Province

Domaine Royal

Duché de Normandia

Duché de Venetia-Giulia

Marquis de Toromio

Comté de Sparticas

Comté de Salogosti