Nedour

Histoire

Nédour est un riche royaume du centre d’Andellar où forêts, montagnes ainsi que lacs abondent. Le royaume est très connu pour son économie particulièrement prospère et diversifiée, ainsi que ses rivalités intemporelles avec le royaume de Pésroq. Entre rivalités politiques et économiques, ayant dégénéré régulièrement en petits conflits voir en guerres générales, les derniers siècles d’histoire de Nédour sont particulièrement liés à ceux de Pésroq.

En effet, il faut remonter aux années 4500 pour retrouver l’origine d’un conflit dynastique qui perdure encore jusqu’à aujourd’hui. En 4512, le Roi Henri III le vénérable meurt, père de deux fils et d’une fille. Mais une succession de tragédies royales menèrent à une crise dynastique. En effet, successivement, le premier fils, le Roi Henri IV mourut sans descendance, rapidement suivi par son petit frère, Louis VI, qui perdit la vie dans un terrible incendie au sein d’une église. Le choix devait alors se porter sur le dernier enfant d’Henri III, la princesse Catherine, mais cette dernière était mariée avec le prince Edouard, premier héritier du Roi de Pésroq, à la base pour pacifier les relations tendues entre les deux royaumes. Le conflit de dynastie commençait ainsi.

Il était intolérable pour la grande noblesse de Nédour que le royaume puisse être co-dirigé par un noble étranger, encore plus un prince de Pésroq. Le prince Edouard se réclama immédiatement Roi de Nédour, entraînant le courroux des ducs de Nédour qui demandèrent au Parechann une annulation du mariage entre Catherine et Edouard, proposant même d’importantes sommes d’argent. Le pape Clément VI refusa toutes les propositions. Les hauts-nobles de Nédour, contrariés par la décision de Clément VI, se réunirent pour élire un autre roi, évinçant la reine Catherine de la succession. Les discussions, houleuses, permirent à un cousin de Catherine de prendre le pouvoir sous le nom de Philippe III. Face à cette décision, le Royaume de Pésroq déclara la guerre à Nédour pour déposer Philippe III. La guerre se termina sans chute du roi, même si le duché de Pied-de-roche devient un duché du royaume de Pésroq.

Cette guerre avait profondément ruiné le royaume de Nédour aussi bien démographiquement qu’économiquement. Les ducs et le roi décidèrent de faire appel à de nombreux habitants de l’actuelle Birolia pour rebâtir le pays, rendant cette terre pauvre et aride encore plus pauvre. Voyant que celle-ci leur coûtait plus qu’elle ne leur rapportait, les ducs et le roi prirent la lourde décision de rejeter ces terres et de faire scission afin de ne plus avoir à s’en soucier, entraînant une grande confusion dans l’actuelle Birolia qui dût trouver un moyen de s’en sortir.

Depuis cette guerre, les deux Royaumes n’arrêtèrent jamais de se faire régulièrement la guerre, même si des périodes de paix existèrent aussi. Nul homme ou femme ayant vécu un minimum longtemps ne furent jamais témoins d’une entrée en guerre entre les deux royaumes au moins une fois dans leur vie. Actuellement, une paix dure depuis vingt ans entre les deux royaumes, même s’il est monnaie-courante que des petits seigneurs de Nédour ou de Pésroq tentent des modestes incursions chez le voisin, dans des buts de pillage. Le peuple de Nédour attend avec crainte la prochaine guerre entre les deux deux royaumes.

Culture

La richesse et la prospérité du royaume de Nédour a façonné la culture de ce pays. Tempérance et modération sont rares dans ce pays où la démesure et l’excès sont appréciés, au grand désespoir du clergé. L’apanage des richesses n’y est pas mal vu, au point que certains exagèrent au point de toujours essayer de montrer qu’on est plus riche qu’on ne l’est vraiment.

Néanmoins, une grande réussite du clergé de Nédour est la forte instauration dans les esprits du concept de la charité. Il est vu comme particulièrement odieux pour une personne riche, qu’elle soit noble, bourgeoise ou clerc, de ne jamais donner aux pauvres ou à une institution les aidant. L’avarice y est vu comme étant un péché intolérable et certains clercs n’hésitent pas à ouvertement appuyer sur ce point, même s’ils reçoivent ensuite un flot de critiques de la part de certains membres de l’élite. Pour eux, la foi doit participer à l’unité et l’ordre de la nation et la critique publique des travers des hautes-classes y est vu comme facteur de division.

La dangerosité des groupes de loups et des ours solitaires dans les terres de Nédour a forgé le caractère des voyageurs et des habitants au contact de la nature. Les habitants de Nédour ont ainsi tendance à être particulièrement prudents quand ils entrent dans des endroits sauvages.

Les Nédouriens ont acquis, de par leur passé, un début de nationalisme et de haine envers les habitants de Pesroq. De plus, s’inspirant du modèle de Pésroq, ils leur est demandé d’envoyer au moins un des enfants de leur famille servir au sein de l’armée du seigneur en place. Les plus riches, servent comme cavalier ou comme fantassin lourd. Les plus démunis en revanche, servent comme fantassin léger avec ce qu’ils peuvent se payer ou comme archer grâce à un arc long qu’ils utilisent pour la chasse ou la guerre.

Paysage

Les terres de Nédour sont réputées pour être très hospitalières pour les hommes, se rapprochant visuellement de celles de Tannuviel. D’un paysage assez montagneux, Nédour est aussi composé de nombreuses forêts et bois, parsemées de nombreux petits lacs et même d’un très grand lac, un des deux plus grands du monde connu : le lac Alverden. Une exception porte néanmoins sur l’extrême-sud du pays, plus aride que le nord, mais aussi plus plat.

L’homme a néanmoins énormément modifier l’aspect de la région, l’économie prospère ayant entraîné l’apparition de nombreuses mines, carrières, scieries, villages et évidemment, villes. Les lieux urbains ont tendance à être assez somptueux et il existe quelques cathédrales et grands bâtiments mémorables. Cela n’empêche néanmoins pas d’avoir des lieux où la misère règne, même s’ils ont tendance à être plus rares que dans d’autres nations.

Faune

La faune est extrêmement similaire à celle de Tannuviel, à l’exception du nombre d’animaux dangereux. Contrairement à Tannuviel, les forêts de Nédour abondent de loups et d’ours qui rendent parfois les petits chemins très dangereux pour des personnes peu nombreuses. La chasse y est d’ailleurs un peu moins pratiquée que dans d’autres régions du monde à cause des risques non négligeables.

Religion

Le royaume de Nédour est, comme de nombreux royaumes d’Andellar, de civilisation proche de celle de Tannuviel et de foi émoune.

Néanmoins, contrairement à ses voisins de Tannuviel et d’Aldatia, Nédour n’est pas une nation extrémiste sur le plan religieux. La foi y a une grande importance dans la vie de tous les jours, mais le pouvoir du clergé est très faible, seul le pouvoir féodal et communal compte. A cause de cela, il est très mal vu par les élites qu’un homme de foi prenne position en politique, les moins pieux exagérant même au point de considérer qu’un clerc ne devrait jamais critiquer religieusement un homme de pouvoir en public, même si cette part ne se trouve uniquement que chez une poignée d’hommes et de femmes des hautes-classes bourgeoises et nobles.

Economie

L’économie de Nédour est connue comme étant l’une des plus prospères du continent, tout en restant très diversifiée. Les métaux et les pierres des montagnes de Nédour sont de qualité, les bois très étendus, les forêts et les étendues d’eau pleine de vie. Nédour est notamment connue pour ses menuisiers et charpentiers aux compétences à la fois variées mais aussi d’excellence, réputés les meilleurs au monde. Cette importance production arrive aussi à être exportée à d’autres nations grâce à des voies fluviales, ce qui arrive à compenser le fait que Nédour reste un Royaume coupé de l’océan de Téhomaofel.

Le seul point où Nédour a de véritables limites est sur le plan de l’agriculture. Les nombreux plateaux de la région rendent l’agriculture compliquée, les terrains étant souvent escarpés. De grands champs sont néanmoins plus courant au sud du pays, plus plat, mais ils ne sont pas des plus productifs. L’aridité des terres de Birolia ne s’est pas tout à fait arrêtée à la frontière. Ainsi, Nédour doit avoir recours à l’importation de nourriture, notamment d’Aldatia ou de Treffisal. Certains marchands peu scrupuleux n’hésitent pas à profiter de cette situation en augmentant artificiellement les prix au risque de causer des famines.

La monnaie de Nédour se nomme le Nédélia. C’est une monnaie puissante qui essaye de concurrencer celle de Treffisal, même s’il n’a jamais réussi à la vaincre. Certains parient que sans ses guerres incessantes avec Pésroq, la monnaie de Nédour aurait réussi à dépasser celle de Treffisal en importance. Pour ces mêmes raisons, certains verraient d’un très mauvais oeil une réconciliation entre les deux Royaumes.

La société de Nédour, comme toutes les sociétés d’Andellar, a son lot de pauvreté. Néanmoins, elle est bien moins importante que dans beaucoup d’autres nations. Il ne manque jamais de travail à Nédour et il est tout à fait possible de pouvoir vivre correctement, même en partant de peu.

Néanmoins, une grande source de pauvreté vient de la concurrence farouche entre bourgeois qui met souvent en péril les petits commerces indépendants ou les producteurs isolés. Il est ainsi souvent nécessaire d’acheter la protection d’une grande famille bourgeoise, mais cette protection nécessaire et coûteuse rend difficile l’accession vers les sphères bourgeoises. Un nombre assez important de Nédouriens restent ainsi bloqués à un stade intermédiaire, plus riches et plus libres que les serfs mais bien éloignés du faste de la bourgeoisie, même s’ils aiment se prétendrent de cette dernière même s’ils n’en sont rien.

La culture de la charité très présente à Nédour a, au moins, permis de diminuer drastiquement le nombre de sans-abris. L’Eglise et l’élite de Nédour se vantent même d’avoir totalement éradiquer le phénomène des “gamins des rues”, mais ceci n’est, pour l’instant, qu’un mirage. Même s’ils sont moins nombreux que dans d’autres nations, toute visite d’un bas-quartier d’une ville prouvera qu’ils n’ont jamais disparu.

Société

La société Nédourienne est une société tout à fait classique d’Andellar bien qu’elle possède quelques particularités:

La Royauté

La ligne familiale régente a changé depuis l’ascension (ou plutôt la mise en place) de Philippe III et n’a pas rechangé depuis, la succession se faisant de façon primo génitale. Toutefois, le roi ne dispose que d’un pouvoir très limité, celui-ci étant décentralisé et appartenant aux différents ducs.

La Noblesse

Elle représente tous les individus ayant obtenu le statut légal de noble, grâce à l’obtention d’un titre de noblesse donné par le roi ou un duc. Ce statut est héréditaire. Les familles nobles sont les plus puissantes du Royaume, elles possèdent des terres importantes qui sera la base de leur titre. Elles ne paient pas d’impôt et entretiennent leur propre armée qui peut être demandée par le roi lors d’une guerre lorsqu’il constitue son Ost. Ils constituent l’élite de la société et ne travaille pas à proprement parler et surtout pas manuellement. Ils sont gérants de leurs terres, hauts fonctionnaires, militaires ou plus rarement, scientifiques. En cas de crime grave, une famille noble peut être frappée de dérogeance, perdant ainsi son statut, son titre, ses terres. Les nobles ont leur propre hiérarchie qui se compose de haut en bas, des Ducs, des comtes, des barons, des chevaliers et des écuyers. Les nobles possédant des terres sont les ducs, les comtes, les marquis et les barons. Ils possèdent un duché, un comté, un marquisat ou une baronnie qui sont la base de leur titre. Les marquis sont les comtés qui ont une frontière avec un pays étranger.

Les Ducs sont particulièrement puissants en Nédour, ce sont eux qui dirigent en grande partie le pays, ils possèdent de larges terres et sont très fortunés.

Le Clergé

Ce sont tous les moines, prêtres, évêques, abbés, etc. qui font partie de l'Église Emoune. Ils ne paient pas d’impôts. Ils sont respectés en général de la population mais il est très mal vu qu’ils prennent part à la politique locale. Ils organisent des soupes populaires pour les plus pauvres et les aide à être éduqués et à les soigner.

La Bourgeoisie

Cette classe sociale regroupe tous les roturiers (non nobles ou membres du clergé) qui ne sont pas serfs. Ils vivent en ville, d’où leur nom. Leur niveau de vie varie de très riche à très pauvres. Ils n’ont pas de droit particulier ni de devoir si ce n’est de payer un impôt fixe ou variable selon les lois de leurs bourg. Un serf restant un an et un jour sans interruption dans un bourg obtient s’il le demande sa liberté et ce statut. Ce sont essentiellement des artisans mais aussi parfois des intellectuels ou de simples commerçants. Dans certains bourgs, ils peuvent espérer participer à la vie politique voire être anoblis mais cela est extrêmement rare.

Les Serfs

Les serfs sont les habitants de villages et qui appartiennent à leur seigneur et lui doivent un impôt régulier. Ils n’ont pas réellement de droits si ce n’est celui d’être protégé, d’être logé et d’avoir du travail. Ils n’ont pas le droit de quitter leur terre ou de se marier sans l’accord de leur seigneur.

Les Soldats

Sont des soldats tous les hommes et femmes appartenant à l’armée ou la milice d’un seigneur et qui ne sont pas nobles. Leur équipement est très varié mais la plupart sont des archers ou des fantassins légers. Ils bénéficient d’une solde fixe qui leur permet de subvenir à leurs besoins ou de mieux s’équiper. Leur réputation au sein du pays est très bonne car ils sont l’épée et le bouclier qui protège le peuple. Bénéficiant d’un statut à part, ils sont libres comme les bourgeois mais paient un impôt spécial appelé le Gendron qui n’est qu’une petite partie de leur solde. Ils disposent d’un logement qui leur est attribué et où ils peuvent vivre s'ils sont mariés, sinon, ils vivent dans une caserne.

Armée

Nédour ayant un système politique de type féodal, son système militaire ne déroge pas à cette règle. La sécurité est gérée très localement, à partir de milices et de gardes aux compétences, équipements et comportements extrêmement hétéroclites, toutes soumises à leur autorité seigneuriale ou communale. Toutefois, Nédour compte beaucoup sur ses compagnies d’archers équipés légèrement mais possédant des arcs longs extrêmement efficaces à la fois au niveau de leur puissance et de leur portée. Ces archers sont recrutés dès le plus jeune âge et s’entraînent constamment, les rendant redoutables. Si redoutables qu’ils représentent parfois presque la moitié d’une armée.

Sur le plan du militaire, le Roi a évidemment le droit d’appeler l’ost pour participer aux guerres, ce qu’il a fait à de très nombreuses reprises lors des différentes guerres territoriales ou de succession avec Pésroq. Néanmoins, les troupes de Nédour étant moins nombreuses et globalement moins aguerries que celle de Pésroq, il est courant que le Royaume paye des mercenaires étrangers, principalement de Treffisal, pour rivaliser avec son ennemi. Ces mercenaires étrangers sont d’ailleurs extrêmement mal vu par la population, ces derniers se servant avec quasiment aucune limite en pillant et en extorquant les habitants de Nédour. Néanmoins, ils ont à plusieurs reprises sortis Nédour d’une mauvaise situation contre les forces de Pésroq...

Santé

La santé n’est pas vraiment un problème pour les Nédouriens. La plupart ont accès aux soins de médecins, d’herboristes ou d’apothicaires sans trop de difficulté à part dans les campagnes les plus reculées. Les plus pauvres peuvent compter sur l’aide d’un monastère local ou une aide financière de l’Eglise pour recevoir des soins basiques. La taille est moyenne, 1m65 pour les hommes et 1m60 pour les femmes.